La trêve des confiseurs

Publié le par Lux

Bientôt Noël et on se noie déjà sous les flots de foie gras, bûches décorées et truffes au chocolat. Noir, le chocolat et la poudre marron teinte le bout de nos doigts qu’on lèche avec gourmandise.
Bientôt Noël et on frôle l’écoeurement face à la surconsommation à laquelle nous pousse la société depuis déjà fin novembre. "Je suis, donc j'achète" et pas question de protester au risque de se faire enguirlander.

Bientôt Noël donc et la trêve des confiseurs. La «trêve des confiseurs»… Trois mots, trois points de suspension et mon esprit vagabonde…
Le 25 décembre, dans les cuisines, sitôt sonné le premier coup de minuit, les marmitons épuisés ôtent leur toque et posent leur tablier. Pendant une semaine, jusqu’au Nouvel an, la France est à la diète. Les stocks de crottes en chocolat sont conservés sous scellés, les oies boycottent le gavage, le Père Noël ronfle sur un nuage, les rennes partent skier, les papiers cadeaux sont envoyés au recyclage, les magasins tirent leur rideau de fer, les marrons glacés se réchauffent au coin du feu, les ramoneurs volent de cheminée en cheminée et les enfants guettent la neige le nez collé aux vitres.

En fait, l’expression «Trêve des confiseurs» daterait du XIIIè siècle: c’est la trêve de Dieu, la suspension des combats guerriers et des joutes politiques. La période exacte de cette trêve se situerait entre le 31 décembre et le 2ème mardi de janvier. Elle a été baptisée «Trêve des confiseurs» car c’est à ce moment de l’année qu’on écoule le plus de friandises et de chocolats… et que les confiseurs travaillent le plus!

Profitez bien des derniers jours de cette année 2006, rappelez-vous les bons moments passés, les jolies rencontres, les petits et grands défis relevés, et lors des moments difficiles ceux qui vous ont aidé à les traverser. Et reposez-vous un peu car 2007 promet d’être une année épatante !

Publié dans Reality

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article